Paroles partagées  
Accueil
Présentation
Actualités
Expos 2014-...
Expos 2007-2013
Revue de presse
Catalogue des oeuvres (2007-2010)
Catalogue des oeuvres (2011-2014)
Catalogue des oeuvres (2014-....)
Livre d'or
Paroles partagées
Les oeuvres par thème
La création d'un pastel
Pour être informé
Commander
Publications
Contact
Mes sites préférés
Stages, cours
Stage Crète 2015
Stage Irlande 2015

© 2017 Laurent CHANTRAINE

J'ai depuis longtemps pour habitude de chercher
dans les écrits des poètes des mots qui résonnent
avec mes pastels. J'en extrais quelques "fragments"
qui deviennent alors les titres de mes oeuvres.
C'est ma façon de leur rendre hommage.

Le regard du peintre ou du poète sur les choses relève
pour moi de la même sensibilité, de la même volonté
de partager ses émotions.

Les textes que je livre ici en témoignent :

"De tous les éléments, l'eau est peut-être le plus fondamental et
le plus insaisissable. Partout présente sur Terre, elle est source de vie.
Du nuage à l'océan, elle inspire autant le poète que le peintre.

Cantarana, dans ses pastels, réussit l'impossible, à savoir, saisir l'insaisissable, nous racontant avec force détails et une grande précision les eaux agitées, frémissantes ou bien dormantes.
Car Cantarana ne peint pas, il raconte. Ses toiles n'illustrent pas,
elles disent en silence. Elles narrent une histoire, souvent celle
de la rencontre, souvent aussi celle de la frontière, sans oublier
bien entendu celle des origines.

L'eau est tout cela, une rencontre, une frontière et une origine.
Du rivage où le pastelliste la contemple, elle se complait à faire et défaire le paysage, toujours identique et pourtant, à chaque instant, différent.
Car l'eau, c'est aussi le symbole du temps qui coule, qui fait et défait
les choses, présente depuis la nuit des temps et toujours présente
dans le futur le plus lointain.

Ce présent qui fuit comme l'eau insaisissable dans nos mains, Cantarana nous l'offre, comme un présent, dans ses toiles.
À nous, spectateur, de le recevoir, et d'un oeil curieux, de nous ouvrir à la vision de ce que nous propose cet artiste talentueux, laissons-nous engloutir dans ce monde liquide et flou, tantôt limpide, tantôt sombre, tantôt calme, tantôt agité, comme l'est la vie, tout simplement".

Yves LE GUERN, poète
Dédicace de l'ouvrage "Rivages"

"Nombreux sont ceux qui parcourent le monde en quête de sensations. À leur retour, ils évoquent leurs différents périples
comme on soustrait ce qui est accompli d’une longue liste préétablie d’indispensables.

Depuis que nous vivons ensemble, nos escapades nous ont plus
d’une fois emmenés aux mêmes endroits, le long des côtes et des cours d’eau, pas forcément très loin, à la découverte des lumières,
des espaces et des émotions que nous recherchons face à l’immensité de la nature, vers des lieux, à l’origine inconnus, ou bien chargés de souvenirs passés ou à venir.

Lorsque nous rentrons, ce n’est jamais la fin du voyage mais toujours le début d’une autre aventure.

Au gré de ton inspiration, nous reprenons alors la route, sur
un chemin de papier et de couleurs qui nous entraîne vers ton univers intérieur. Au fil des heures, au rythme du pastel qui remplit les pores, au son du doigt qui modèle le ciel et l’eau, le long du trait qui révèle les détails, l’image apparaît, l’émotion renaît…

Vient ensuite le temps des mots qui éveillent à leur tour les sens. Ainsi, chaque extrait de poème que tu choisis ajoute au regard
la musique et la force des phrases et ouvre de nouvelles perspectives.

Le verbe répond alors à chaque détail, les yeux rebondissent
de l’un à l‘autre et la pensée s‘envole.

Quand je regarde tes pastels, je me souviens de chacun de ces lieux, je sens de nouveau l’air sur mon visage, les embruns ou le courant sur ma peau.
Me reviennent aussi en mémoire, tous ces moments où je suis arrivée au bout du monde, ceux où je fais face à mon passé, toutes ces occasions où je jette mes colères, mes regrets et mes remords au vent, où les mots dits ou pensés se mêlent aux bruits de l’eau :
celui de la vague qui s’écrase sur le rocher, celui du tourbillon
qui s’agite sur lui-même avant de repartir vers l’aval, celui du courant qui lutte autour des bois flottés arrachés à la rive.

Je retrouve tous ces instants où je me suis échappée du monde réel, de son agitation et de sa complexité. Tout devient alors si simple.
À la frénésie des humains viennent se substituer de vastes étendues désertes où l’être est le plus souvent absent ou dérisoire, où l’on
se fait humble devant la force de la nature qui parfois se déchaîne, mais aussi face à son calme qui apaise.

J’espère de tout mon coeur que tu m’offriras encore longtemps
ces instants de liberté et que, grâce à cet ouvrage et aux expositions auxquelles tu nous convies, nous serons de plus en plus nombreux
à connaître et à partager ces moments d’émotion devant tes oeuvres.

Pour ce formidable privilège et pour chaque étape de notre vie commune, j’espère avoir su trouver les mots qui te disent tout simplement, « Merci ! »…"

Élisabeth CHANTRAINE
Préface de l'ouvrage "Rivages"